Pages Navigation Menu

Toxémie : le corps en alerte!

Toxémie : le corps en alerte!

À l’automne 2010, les éboueurs parisiens ont fait la grève. Pendant près de 20 jours, les rues de la Ville Lumière ont vu les déchets s’accumuler. On ose à peine imaginer ce que ce serait si ce genre de paralysie durait des semaines, voire des mois. Pourtant, beaucoup de gens font avec leur corps — et pendant des années — comme si les éboueurs cessaient le travail. Et les toxines s’amoncellent, surtout si l’alimentation est déficiente et chargée d’additifs, jusqu’à perturber sérieusement les fonctions corporelles… jusqu’à la maladie.

Le phénomène appelé toxémie consiste en l’accumulation de toxines dans l’organisme parce que l’entrée de celles-ci et leur production par le métabolisme excèdent la capacité des organes responsables de cette tâche — foie, poumons, peau, reins et côlon — à les éliminer. Une alimentation raffinée, le manque d’eau et d’exercice, un stress persistant et les polluants environnementaux en sont les principales causes combinées à l’inefficacité des émonctoires. Ainsi, un foie engorgé et une élimination intestinale déficiente conduiront inévitablement à une accumulation de déchets dans l’organisme.

Alimentation et digestion au cœur du phénomène

Notre processus digestif devrait idéalement produire au moins une à deux selles par jour. Nous sommes souvent loin du compte, et ce depuis notre plus tendre enfance! De plus, une alimentation carencée en vitamines, en minéraux et en acides gras essentiels, et la plupart du temps cuite — ce qui détruit les enzymes aidant à sa digestion — épuise à la longue le système digestif. Au fil des ans, le côlon s’encroûte et son péristaltisme ralentit, ce qui permet aux résidus qu’il renferme de retourner dans la circulation sanguine à travers sa mince membrane fragilisée et irritée. La flore intestinale devient perturbée, ce qui donne lieu à la prolifération de micro-organismes pathogènes qui peuvent provoquer les maladies dégénératives et auto-immunes. À partir de là, les organes de digestion suffisent de moins à moins à la tâche alors que l’intestin absorbe de plus en plus partiellement les nutriments. L’intoxication s’accroît et les tissus sont le siège d’inflammation et d’ulcérations. Le corps réagit en enfermant notamment les toxines à l’intérieur de kystes et de fibromes. Finalement, les cellules étouffent et leur multiplication se dérègle, ouvrant notamment la porte au cancer et autres maladies dégénératives.

Types de toxines

Les toxines et déchets qui s’accumulent dans l’organisme se présentent sous trois formes principales : les gaz toxiques, les cristaux et les colles.

Les gaz toxiques

Il s’agit des sous-produits de la fermentation et de la putréfaction stomacale ou intestinale, qu’on peut retrouver dans les tissus lorsqu’ils ne sont pas expulsés par les voies naturelles, notamment la sueur ou l’air expiré par les poumons lors d’un exercice assez intense. En s’accumulant, ces gaz créent une pression croissante, causant notamment des douleurs diverses sous forme d’états inflammatoires, tendinites, bursites, etc.

Les cristaux

Minuscules, ces cristaux sont le résultat du métabolisme des protéines et des sucres raffinés. On leur attribue notamment diverses douleurs articulaires.

Les colles

Ces substances sont produites par une alimentation trop riche en glucides ou en gras (abondance de céréales, pains, pâtes, produits laitiers, etc.), qui favorise la formation de mucus dans les tissus. Son évacuation donne lieu à des affections telles que sinusite, bronchite, asthme, eczéma, acné, pertes blanches, etc.

Ces processus naturels appelés maladies……

L’apparition de ces symptômes et maladies illustre les efforts que déploie l’organisme pour se débarrasser de ces encombrants résidus nuisant à l’ensemble de ses fonctions. Or, une foule de médicaments sont justement destinés à neutraliser ces processus naturels visant à empêcher une plus grande intoxication. Chose certaine, ma pratique en irrigation colonique des 20 dernières années m’a convaincue qu’une bonne partie des toxines qui affectent le corps provient du gros intestin et que le nettoyage périodique de cet organe essentiel peut faire beaucoup pour maintenir ou retrouver la santé en purifiant le corps à sa source.

Le rôle de l’acidité dans la toxémie

Si l’acidité constitue un élément important de la toxémie, c’est que plus les tissus du corps humain sont acides, moins l’oxygène y est présent. Et plus la cellule en est privée, moins l’assimilation est efficace. L’équilibre est rompu et la production d’énergie diminue de beaucoup, sans compter la prolifération de micro-organismes pathogènes, provoquant des maladies de plus en plus sérieuses. C’est donc en maintenant un pH légèrement alcalin que le métabolisme fonctionne de façon optimale.

Les déchets du métabolisme sont en général acides, mais l’organisme parvient normalement à les expulser par les organes d’élimination dont nous parlions précédemment. Or, si le régime alimentaire est pauvre en fruits et légumes alcalinisants, les voies d’élimination ne suffiront progressivement plus à la tâche.

Les causes de l’acidité

Un pH corporel acide est causé par le régime alimentaire et les boissons, les médicaments, l’exercice physique intense, les émotions négatives et le stress en général, la pollution de l’air et les divers contaminants.

De façon générale, les aliments trop cuits et la malbouffe sont pointés du doigt pour leur potentiel acidifiant. Les protéines animales, les produits laitiers transformés, sucre et édulcorants artificiels, boissons gazeuses, aliments farineux, pâtes, céréales raffinées, alcool et sel de table en sont les principaux. De fait, les aliments pauvres en minéraux sont généralement acidifiants à divers degrés ainsi que tout ce qui est cuit.

Un effort constant pour neutraliser l’acidité

Neutraliser les résidus acides est crucial pour le corps, car il doit à tout prix maintenir l’alcalinité du sang à un pH de 7,3. Pour ce faire, il se sert des minéraux alcalins provenant de l’alimentation, de la supplémentation et ceux qui se trouvent déjà dans ses tissus. Or, en raison d’une alimentation souvent déficiente, l’organisme épuisera progressivement sa réserve alcaline pour finir par se ravitailler à même la masse osseuse, entraînant une déminéralisation appelée ostéoporose.

Aider le corps à se nettoyer

Heureusement, il existe des solutions qui aident l’organisme à se purifier. Une alimentation vivante et variée, riche en aliments crus et alcalinisants, beaucoup d’eau, des exercices modérés, un sommeil suffisant et réparateur, de bonnes habitudes de vie et une perception positive de la vie pour réduire le stress peuvent améliorer de belle façon votre santé. Comme je l’ai mentionné plus haut, l’irrigation colonique est une méthode naturelle qui nettoie le corps en profondeur. Certaines cures de désintoxication sont aussi fort utiles.

N’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé naturelle pour vous guider sur la voie du mieux-être…

Bonne santé!

Madeleine Carrier, hygiéniste certifiée, naturopathe
Consultez mon profil  pour plus d’information.

Consultez mon site web pour découvrir mon centre CENTRE DE SANTÉ MADELEINE CARRIER

 Références :

  •  « Le système digestif — Maître de votre santé », Johanne Béliveau, Éditions Le Dauphin Blanc

 

La vie a souvent de ces revirements complètement inattendus… Bachelière en relations industrielles de l’Université Laval, j’aurais pu poursuivre longtemps ma carrière en gestion et en relations humaines — bien loin du domaine de la santé naturelle — n’eut été du diagnostic de cancer du côlon reçu par ma mère au début des années 1980. Cette nouvelle m’a profondément marquée et a modifié radicalement mon orientation professionnelle. Je venais de trouver ma vocation, le sens profond de ma vie.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *